INDONESIE: Les élus de la guerre du pandanus

Ave Indra, les Bali Aga qui vont se battre, te saluent! Bouclier en rotin tressé dans une main, feuilles de pandanus épineuses dans l’autre, chaque jeune homme du village est prêt à affronter son adversaire sur le petit ring de 5 mètres carrés.

article-0-1FA8BE9C00000578-116_964x642

Au son rythmé des tambours gamelan, les combats sont brefs mais cinglants. C’est que chaque gouttelette de sang versée fera honneur à Indra, le dieu de la guerre, que les Bali Aga considèrent comme le protecteur du village. Les blessures encourues sont heureusement faciles à soigner avec des onguents  traditionnels à base de safran, vinaigre et autres herbes.

article-0-1FA8BE7100000578-297_964x642 article-0-1FA8BC6700000578-804_964x642

perangpandan_tenganan_bali2Un peu plus loin, les jeunes filles célibataires ne perdent pas une miette du spectacle appelé mekare kare. Vêtues de leurs plus beaux atours en geringsing, le textile du village, les coquines du jour se relayent sur une grande roue en bois du haut de laquelle elles admirent les valeureux mâles au combat, tout en faisant leur choix.

article-2348295-1A7FC5DB000005DC-199_964x992

La grande roue ne s’arrête qu’au moment où un combattant, après avoir fait acte de bravoure, vient élire son admiratrice.

Le mekare kare se déroule sur plusieurs jours consécutifs. Lors de la dernière journée, les étrangers sont autorisés à participer aux combats. Mais aucun ne pourra choisir une femme Bali Aga selon les règles strictes de la communauté qui se voit comme un microcosme du monde.

Selon la légende, Indra les aurait élus pour la gestion du territoire sur lequel se trouve leur village fortifié de Tenganan, à l’extrême est de l’île. Les Bali Aga sont en effet les descendants du peuple originel de Bali. C’est pourquoi, ils considèrent Indra comme le roi des dieux, contrairement aux autres hindouistes de l’île pour qui, la divinité suprême est Vishnu, Shiva ou encore Brama.

Ainsi, chaque année, afin de lui témoigner leur gratitude, les Tenganais célèbrent un mois complet de cérémonie appelé Usaba Sambah. Les rituels ont lieu dans chaque temple du village. Les festivités, du 19 mai au 20 juin, se caractérisent par de nombreuses cérémonies religieuses, des danses sacrées et des rites de sacrifice sur fond de musique traditionnelle.

Le mekare kare est sans aucun doute l’événement phare du plus grand festival traditionnel de l’île aux dieux. Mais tout aussi folklorique, le maling malingan (jeu du voleur) mettra en émoi tout le village les jours précédents. 2566807541_05dba4b970Le rituel débute aux aurores quand les anciens accrochent des boyaux et des os au plafond du Bale Agung, la grande maison où les décisions administratives sont prises. Un peu plus tard, deux garçonnets viennent les dérober. Quand ces derniers sont capturés par les habitants, après une pseudo course-poursuite, ils sont affublés de vieilles feuilles de banane séchée, de boyaux en guise de colliers et bracelets mais aussi peinturlurés de rouge et blanc sur tout le corps. Les deux voleurs, ainsi accoutrés, sont ensuite obligés de se promener dans toutes les rues du village.

Une manière de rappeler qu’il n’y a pas de pardon pour les criminels à Tenganan…

2566822287_aac0961482

Publicités
Cet article, publié dans Indonésie, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s