MALI: Quand les fous de Dieu expriment leur ignorance…

… c’est tout un peuple réduit au silence. Celui des Touaregs, ces nomades des steppes sub-sahariennes qui, chaque année depuis des temps reculés, se réunissent dans la région de Tombouctou, à l’occasion des Temakannit, marquant la fin de la saison de nomadisme.

De grandes rencontres annuelles au cours desquelles les hommes bleus partagent, échangent mais aussi résolvent les conflits et se divertissent. Des chants, des danses, des concours de tendé (instrument touareg) ainsi que des courses de chameaux et de chevaux rythment, trois jours durant, la vie de ces nomades dans le plus grand respect des traditions.

Quand les fous de Dieu expriment leur ignorance…

C’est tout un monde condamné à l’exil. Celui d’un « Festival au désert » organisé depuis 2001 en marge des Temakannit, suite à une rencontre providentielle entre les Touaregs du Mali et des musiciens européens.

Face à la guerre civile qui sévit, le Festival en Désert devient alors le Festival en Exil, sous l’esquisse de « Caravanes des artistes pour la paix et l’unité nationale », cependant indéfiniment reportées aux calendes islamistes.

Fidèle aux valeurs touaregs d’hospitalité et de tolérance, ce rassemblement culturel fait pourtant partie aujourd’hui des grands festivals modernes, alliant modernité et pure tradition. Des artistes des quatre coins du monde sont chaque année invités, dont de grands noms de la scène musicale internationale. Ainsi, l’an dernier, malgré une situation déjà très tendue, le chanteur Bono de U2 fera le déplacement.

En 2003, c’était Robert Plant des Rolling Stones qui considérait sa participation comme « une des choses les plus sincères auxquelles j’ai pu participer depuis très, très longtemps. C’est fantastique de pouvoir se produire seulement entouré de sable. Il n’y a pas de portes, ni de scènes ni même d’argent. Cela m’a rappelé pourquoi je souhaitais devenir chanteur. Là-bas on oublie le côté commercial ». (Rolling Stone – 6 Mars 2003).

Alors, quand les fous de Dieu expriment leur ignorance… d’autres voix s’élèvent et récompensent le courage des associations touareg Efès et Aitma, organisatrices du Festival en Désert, en leur attribuant le Freemuse Award 2013. Ce prix récompense un individu ou une organisation qui s’engage dans la lutte pour la liberté d’expression musicale.

Vive le Mali libre et musical !

Publicités
Cet article, publié dans Mali, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s