JAPON: Un festival de phallus d’acier

Messieurs, rassurez-vous, Mesdames, cessez de rêver, tout ceci n’est que pur fantasme… festif!

La preuve en image…

6-avril-japon-pink-phallus.jpg

Chaque premier dimanche d’avril, la ville de Kawasaki organise un grand festival, le Kanamara Matsuri, mettant à l’honneur le phallus symbolisant la fertilité.

A cette occasion, des milliers de verges de toutes tailles et de toute nature sont exhibées. Telle une divinité, il fait ouvertement l’objet de tous les désirs et de toutes les dévotions dans la plus grande désinvolture.

Autrement dit, tout y passe: bonbons, sucettes, objets de décoration, plaquettes de prière et même de grands radis blancs sculptés. Vous l’aurez compris, le Festival du phallus d’acier est une occasion unique sur l’année de « consommer du sexe » sans tabou, ni complexe.

     

Une tradition évidemment pour le moins singulière et qui pourtant puise ses racines dans l’histoire de la ville, et plus précisément au 17ème siècle durant la période Edo (1603-1867). Dès que le printemps arrivait, les prostituées de Kawasaki, dotées de paniers en bambous contenant des représentations de phallus, se rendaient au temple Kanamara afin de prier les dieux shintô de leur apporter prospérité et santé (surtout contre la syphillis).

C’est pourquoi, ce festival de la fertilité, comme bien d’autres à travers le pays, n’a rien d’honteux pour les Japonais puisqu’il s’inscrit dans la tradition religieuse.

Festival de la Fertilité de Komaki

Aujourd’hui, ce sont à la fois de jeunes couples, des personnes plus âgées, de nombreux gays et lesbians, des travestis ainsi qu’une foule de touristes qui participent au cortège et accompagnent, au rythme d’une fanfare bruyante, l’autel portatif où repose l’immense phallus en plâtre rose, la mascotte annuelle du festival.

6-avril-japon-procession-longue.jpg

Mais plus sérieusement, le Festival du phallus d’acier a également pour but à l’heure actuelle de conscientiser la population face aux risques encourus lors de rapports sexuels non protégés et surtout de récolter des fonds pour la recherche sur le virus du sida.

Un objectif à la fois louable et original au service d’un fléau mondial.

Et à propos, notre célèbre rue d’Arschot ne présenterait-elle pas un fond d’histoire à valoriser?

Publicités
Cet article, publié dans Japon, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour JAPON: Un festival de phallus d’acier

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s